[INTERVIEW - DA Valmen] “Le sport est une aide pour un équilibre global dans la vie”

Dans l’entreprise, les initiatives QVT deviennent de plus en plus nécessaires et ont de nombreux bénéfices, tant pour la structure que pour l’employé : santé des salariés, cohésion et climat social, rétention des talents, marque employeur…

Les offres se développent tous les jours davantage, rivalisant d’ingéniosité pour atteindre les RH. Comme un exemple vaut mieux qu’un long discours, Jean Davant, Directeur Associé de Valmen, accompagnateur des acteurs du marché de l’assurance, a répondu à nos questions sur la mise en place d’un programme sport et bien être dans son entreprise.

Comment s’illustre la qualité de vie au travail chez Valmen ? Depuis quand y êtes-vous sensible ?

Elle s’illustre déjà par le fait que nous avons des locaux très centraux à Paris dans le 8ème arrondissement, au milieu de nos clients puisque le quartier historique des assurances auxquelles nous adressons nos offres est le 8ème et 9ème. Cela nous permet de rayonner facilement pour les rendez-vous des commerciaux et des associés. Nous sommes dans un immeuble haussmannien beau et agréable, plus que suffisant en terme d’espace. Nous y sommes sensibles depuis toujours, ensuite il y a quelques agréments qui viennent apporter un petit plus. Cela peut paraître anecdotique, mais toutes les semaines nous avons des livraisons de fruits frais. Nous avons une table de ping-pong pour se détendre, une salle de réunion aménagée, nous accordons beaucoup d’importance à la QVT au travers de nos locaux et des agréments que nous proposons.

En revanche, nous sommes un cabinet de conseil, nous ne pouvons pas agir sur la QVT de nos clients. Aujourd’hui nous employons 80 personnes, au siège vous pouvez trouver 10-15 collaborateurs, le reste est en mission.

Chez les clients, nous ne maîtrisons pas la QVT, mais au moins nous leur reflétons notre intérêt pour le sujet.

Est-ce aujourd'hui nécessaire, pour un groupe spécialisé dans l'Assurance de Personnes et la Protection Sociale, de proposer un programme sport et bien-être à l'image de Gymlib ?

Oui, je pense que c’est plus que nécessaire. Nous sommes sur un terrain de jeu d’assurance à la personne qui est totalement connexe à la santé et au bien-être. Notre cœur de cible est d’accompagner des clients dans la protection sociale, la mutuelle. On se doit d’avoir un certain nombre de valeurs proches de la santé et évidemment l’activité physique et la pratique sportive en font partie. Je suis persuadé que pour être bien, moins malade et prendre du plaisir à ce qu’on fait, il faut faire du sport, c’est une source de bien-être énorme. On est toujours vigilant à dispenser une communication très positive sur la pratique sportive. Le taux de collaborateurs qui a souscrit à l’offre Gymlib prouve qu’on est sur le bon chemin.

Taux pénétration valmen

Sur quelles problématiques le programme Gymlib vous a-t-il accompagné ?

Je suis persuadé que la pratique sportive, et c’est prouvé, réduit l’absentéisme car les salariés se sentent mieux. Très clairement je ne l’ai pas fait dans ce but là, mais moi-même je suis convaincu qu’il faut pratiquer du sport régulièrement toute la vie pour un bon équilibre global. Il ne faut pas cultiver que son cerveau, mais aussi ses muscles. L’homme est une harmonie, un équilibre. Je veux que mes collaborateurs se sentent bien quand ils vont au travail et qu’ils soient en forme.

Quelles étaient vos attentes au moment du lancement et comment l'offre a-t-elle été perçue en interne ?

J’attendais un engouement général et global de la part des salariés, un taux de concrétisation très fort au niveau des adhésions, c’est qui a été le cas ! Mais aussi de pouvoir faire franchir un pas à des salariés que je connais bien mais qui ne pratiquent pas. De ce côté, cela a aussi été une réussite même si certains irréductibles demeurent. L’offre a été perçue en interne extrêmement positivement cela fait aujourd’hui partie du volet social de Valmen et ça devient presque un élément de fidélisation.

Pensez-vous que le sport est un remède aux nouveaux maux du travail ? Sédentarité, fragilité de l'équilibre vie pro/perso, problèmes de déconnexion...

Oui, oui, oui et oui ! Le sport est une aide pour un équilibre global dans la vie, on lutte contre la sédentarité, on est en meilleure santé, on a un corps qui répond mieux à ses attentes, on a un meilleur sommeil et évidemment le sport maintient l’individu en activité et dans un niveau de performance global qui est supérieur. La bonne santé, c’est la bonne santé physique et mentale. L’homme est un tout, l’homme est un équilibre.


Le groupe Valmen propose aussi des pratiques RSE en lien avec le sport, notamment du sponsoring de courses à la voile, comme ici avec la Transat Jacques Vabre.