Enjeux RH 2019 : les 8 tendances RH à anticiper d’urgence (partie 1)

À quoi ressembleront nos journées de travail en 2030 ? Intelligence artificielle, organisations libérées, télétravail, coworking, « néo-managers », un robot comme voisin de flex office, formation en réalité augmentée… le travail fait sa révolution ! Tour d’horizon des tournants RH à prendre dès 2019.


1/ Les compétences : Plus de soft, moins de hard

60% des métiers de 2030* n’existeraient pas encore et plus de 40% des métiers actuels** auront disparu d’ici 20 ans. Face à l’obsolescence des compétences techniques, les hard skills, les compétences émotionnelles et relationnelles deviennent un élément indispensable. Le cabinet McKinsey a récemment présenté les résultats d’un rapport, « The Future of Workplace », en précisant que « l’on aura encore plus besoin des compétences conceptuelles et interpersonnelles pour comprendre la technologie et la mettre au service de l’humain. » C’est aussi la mutation des environnements de travail plus globaux et transverses qui exige une grande agilité intellectuelle, une capacité à s’adapter et à appréhender des situations complexes.


Où en est-on en 2018 ? Les recruteurs ont déjà changé leur manière d’évaluer les candidats : 52%*** des DRH accordent autant d’importance, voire davantage, aux soft skills.


Les compétences


*étude Bruegel

** « The Future of Employment: How susceptible are jobs to computerisation ? »

*** Enquête Robert Half, avril 2016


2/ Les bureaux : La conquête de l’espace

93%* des jeunes actifs ne veulent plus d’un bureau classique et 73%* des salariés français privilégient les espaces de travail collaboratifs. L’abattement des murs symbolise le décloisonnement des silos et l’émergence de nouvelles manières de travailler plus agiles et transversales. Les Millennials sont 83%** à percevoir l’environnement de travail comme un facteur essentiel de leur productivité et 72%** seraient prêts à faire des concessions significatives pour de meilleures conditions de travail. Le bureau doit donc offrir une nouvelle expérience et permettre l’accomplissement des différentes missions des équipes : des box isolants pour le « deep work », des salles de réunion créatives, des espaces.

L’entreprise prend même des allures de lieu de vie comme sur le Campus de Thalès qui repose sur le principe du « activity-based office ».


Où en est-on en 2018 ? Plusieurs études ont montré que les bureaux en flex office ne satisfont que 50% des salariés. Alors, flop ? Ces chiffres corroborent simplement la nécessité de repenser l'entreprise au niveau global en s’appuyant sur les « New way of Working ».


Le bureau


* Enquête Hiscox

** étude CBRE


3/ L’expérience : Vis ma vie de collaborateur

L’expérience collaborateur est la somme de toutes les interactions vécues par le collaborateur dans l’entreprise, depuis son recrutement jusqu’à son départ. Les facteurs sont donc multiples : conditions de travail, management, onboarding, mobilité, évaluation, offboarding… En 2017, seuls 17 %* s’estiment satisfaits de leur expérience de travail. Dans un contexte de pénurie des talents avec de forts enjeux d’attractivité, de rétention et d’engagement, le sujet est prioritaire pour 71%** des professionnels RH.

Prérequis d’une expérience salariée novatrice : transformer la relation aux salariés selon le principe de la « symétrie des attentions », un concept développé par Vineet Nayar dans son ouvrage « Employees First, Customers Second ».


Où en est-on en 2018 ? Pour mener à bien ce changement, des postes de Responsable de l’expérience salarié voient le jour. Les 556 Chief Happiness Officer (CHO) recensés sur Linkedin en 2018 sont-ils en voie d’extinction? Ou simplement en reconversion?


Experience


*selon une étude Accenture-Talenso

**Baromètre de ParlonsRH


4/ Génération Millennials : Les Infidèles

Nés entre 1980 et 2000, ils atteindront 50% de la population active en 2020. Cette génération remet en cause les facteurs d’engagement : loin du culte voué au CDI par leurs aînés, les Millennials souhaitent multiplier les expériences professionnelles pour se développer.

Les ressources humaines doivent donc réinventer le « contrat » qui lie le salarié à l’entreprise. Quelles stratégies adopter pour (re)sceller l’engagement ?

  • Les démarches RSE : 59%* des 18-35 ans estiment primordial d’exercer une activité dans laquelle ils se sentent utiles à la société et 56 %** refuseraient une collaboration en raison de valeurs divergentes
  • L’intrapreneuriat : Leroy Merlin a par exemple lancé Cellule Start pour booster la collaboration avec les start-up.
  • La flexibilité : 53 % des jeunes diplômés*** jugent important de favoriser la flexibilité des horaires.
  • La qualité de vie au travail : les Millennials**** privilégient à 84% le bien-être au travail vs la rémunération. Et 72% seraient prêts à faire des concessions significatives pour de meilleures conditions de travail. Proposer une démarche bien-être est donc indispensable : sport, salles de repos, événements, cadre inspirant, prévention des RPS...

La QVT en 2018 ? 75%***** des dirigeants estiment que c’est l’un des thèmes majeurs à venir. Pourtant, sur 61% des entreprises ayant entamé des initiatives, seules 32% les ont bien lancées.


Millennials


Envie d'en savoir plus ? Découvrez la suite des tendances RH 2019 !


*Étude sur le bonheur des 18-35 ans de Générations Cobayes et Bloomin

**Enquête de Etude Deloitte The Millennial Survey en 2016

***Interrogés dans le cadre du baromètre Deloitte-OpinionWay

**** Étude Ipsos/BCG 2016

*****Étude « Qualité de vie au travail 2017 » de Malakoff Médéric


Vous souhaitez vous lancer dans une démarche bien-être et sport dès 2019 ? Lire notre article sur nos initiatives QVT.