Le télétravail étant devenu monnaie courante durant ces derniers mois, les entreprises ont dû trouver des actions de bien-être pour améliorer les conditions de travail des salariés à distance ou en travail hybride. Gymlib s’est penché sur le cas d’Econocom, une entreprise Belge spécialisée dans les services numériques et qui a mis en place des activités sport et bien-être juste avant le premier confinement. Nous avons interrogé Nathalie Strynckx, directrice des ressources humaines et Eric Imoti, conseiller prévention santé et bien-être chez Econocom. Eric et Nathalie travaillent en étroite collaboration afin de faciliter et rendre meilleures les conditions de travail des salariés et plus particulièrement en cette période de crise sanitaire.

  • Bonjour Eric et Nathalie, expliquez-nous la place du bien-être chez Econocom avant la crise sanitaire ?

Eric IMOTI : Chez Econocom, le bien-être a toujours été une préoccupation de premier rang. D’abord pour nos employés et aussi parce que nous souhaitons être en phase avec la législation relative au bien-être des salariés. Pour mener à bien nos projets autour du bien-être au travail, notre prestataire Mentsura nous accompagne. Son rôle est de nous conseiller sur la prévention santé des salariés d’Econocom en développant des projets liés au bien-être des employés. Je pense que toutes ces actions ont un effet positif global sur l’entreprise et indirectement sur le rendement. 

Nous avons également mis en place un projet nommé E-CARE afin d'inciter nos salariés à prendre soin de leur santé physique et mentale. Nos salariés ont la possibilité d’effectuer des séances de yoga au bureau, des séances de massage sur chaise pour se relaxer durant leur journée de travail. Ils ont également accès à des programmes spécialisés dans l’alimentation saine et dans la gestion du sommeil.

  • Pourquoi avoir proposé à vos salariés des activités sportives et bien-être pendant cette période de crise sanitaire ? 

Eric IMOTI : Même si j’aime faire du sport, je ressens le besoin d’avoir un accompagnement extérieur pour m’aider à atteindre mes objectifs et me motiver. J'ai donc proposé d’intégrer Gymlib chez Econocom pour encourager la pratique sportive auprès de nos salariés. Mais la crise sanitaire est arrivée très rapidement. Nous nous sommes dit que c’était l’opportunité d’agir sur le bien-être des salariés même dans ce contexte particulier. Nathalie a tout de suite adhéré au projet. Nos salariés étaient ravis d’avoir accès à autant d’activités avec des abonnements accessibles. 


Nathalie STRYNCKX
:Plusieurs études le montrent : rester assis et enfermé toute la journée n’est pas la meilleure solution pour booster sa productivité et le bien-être des salariés. Avant de mettre en place Gymlib chez Econocom, nous encouragions déjà nos collaborateurs à faire du sport pendant leurs pauses déjeuner car nous sommes convaincus des bienfaits de la pratique sportive sur la santé. Notre rôle en tant qu'employeur est aussi de maintenir nos collaborateurs en bonne santé pour qu'ils soient performant et pour diminuer le taux d'absentéisme. C'est la raison pour laquelle nous avons toujours cru dans le projet Gymlib même pendant la période de crise sanitaire. Nous trouvons que cette offre convient parfaitement aux intérêts d’Econocom et de nos collaborateurs.

  • Justement, comment vos collaborateurs ont-ils perçu l'arrivée d’une offre sport et bien-être pendant cette période de crise sanitaire ? Avez-vous eu des retours ?

Eric IMOTI : Lorsque nous avons proposé l’abonnement Gymlib à nos salariés en février 2020, ils étaient seulement 50 inscrits. Puis, de plus en plus de monde s’est abonné. Une grande partie de nos salariés a réussi à trouver son rythme durant les périodes de confinement mais aussi hors confinement. Chacun évolue en fonction de ses besoins et de ses objectifs sportifs et de bien-être. 


Nathalie STRYNCKX
: Nos salariés ont été ravis d’avoir pu maintenir une activité physique même avec les salles de sport fermées grâce aux séances de sport digitales proposées par Gymlib. Ils ont trouvé l’abonnement très attractif de par sa diversité d’activités. Je trouve qu’il y a eu un véritable dynamisme qui s’est installé entre les employés depuis que nous proposons cette offre sport et bien-être.

  • En tant que RH, quels conseils donneriez-vous à une entreprise qui souhaite s’engager davantage pour le bien-être de ses collaborateurs pendant cette période ? 

Nathalie STRYNCKX : Le sujet du bien-être au travail a été un sujet très important durant la crise sanitaire. Pourquoi ? C’est un sujet qui les stimule et les motive dans leurs espaces de travail. De plus, en incitant les salariés à pratiquer une activité physique, on renforce la cohésion d’équipe et on améliore le climat social. C‘est aussi un élément qui va permettre de se démarquer des autres entreprises pour attirer les talents. Investir dans le bien-être des collaborateurs va permettre ainsi d’améliorer la marque employeur et ainsi tendre vers une entreprise où il fait bon travailler. Enfin, concernant la prévention des risques psychosociaux, qui ont été particulièrement présents durant les périodes de confinement, avoir accès à une offre de sport et de bien-être via l’entreprise va contribuer à diminuer ces risques et donc aura un effet bénéfique à court terme mais également à long terme vis-à-vis de la crise sanitaire.

  • Et pour finir, comment décrivez-vous Gymlib en trois mots ?

Eric IMOTI : C’est une offre variée et très intéressante. Ce que j'apprécie beaucoup, c'est la souplesse et la facilité de démarrer des projets de sport et bien-être

Nathalie STRYNCKX : Pour moi, c’est une offre flexible, adaptable et très accessible. 

Vous venez de découvrir le témoignage de Eric Imoti et Nathalie Strynckx, ils sont très soucieux du bien-être de leurs salariés et tentent de mettre en place des actions au sein de leur entreprise. Et vous, quelles sont les actions de bien-être que vous avez mises en place dans votre entreprise durant cette crise sanitaire ?