La démesure, dernier recours de la Silicon Valley face au désengagement des talents ?

18 mois.

C’est la durée moyenne d’une relation entre un employeur et son employé en Californie. Les raisons sont nombreuses et les actions visant à lutter contre ce fléau des temps modernes le sont tout autant.

Si le babyfoot a longtemps été l’apanage des startups, l’ère où il incarnait la quintessence de l’hardiesse californienne est révolue. Depuis quelques années, la Silicon Valley, GAFA et NATU en tête, est devenue la figure de proue des innovations en matière de qualité de vie au travail.

10 bonnes raisons de ne plus te larguer

Dans ce contexte d’hyperconcurrence, la course à l’attractivité semble effrénée. Ces mastodontes aux moyens imposants rivalisent d’ingéniosité pour se construire une marque employeur unique et rayonner auprès des talents si convoités. Prêt.e à découvrir les 10 attentions les plus insolites, inédites, démesurées mises en place par ces licornes ?

Tous les moyens sont bons pour faire durer la relation avec leurs chers et tendres employés et rappeler qu’en amour, on ne compte pas ! Si différentes soient-elles, 3 grandes tendances s’observent : l’environnement pour se sentir chez soi, les services pour faciliter le quotidien et le lien entre collaborateurs.

nouveau campus Google

Palais royal - Les architectes les plus prisés conçoivent les bureaux de la SIlicon Valley. Le futur siège de Google; baptisé “Google City”, sera une ville dans la ville où l’on croise jardins et pistes cyclables. Les salles de réunion d’Airbnb reproduisent à l’identique les appartements les plus demandés sur le site.

Formule “all inclusive” - Conciergerie, salon de coiffure, crèche, commerce et même parfois clinique médicale ou cabinet dentaire chez Genentech. Tout est pensé pour simplifier le quotidien du collaborateur.

Un esprit sain dans un corps sain - Les salles de sport et salles de sieste sont devenues presque aussi fréquentes que le babyfoot. Massages et sessions d’acupuncture gratuits chez Zynga, budget sport & bien-être de 65 dollars par mois chez Mindbody, et mention spéciale à la piscine de Google.

C’est “free”, il a tout compris - Repas gourmets gratuits chez Google à raison de 3 par jour, repas et navettes entre le domicile et le travail pris en charge par Facebook. Pour fidéliser l’autre, il faut payer l’addition, si salée soit-elle.

Vive le travail libre - Avec des vacances illimitées et un congé payé d’une année entière pour les jeunes parents, Netflix fait de la liberté son ADN de marque jusque dans sa stratégie RH.

salle réunion airbnb

Mort subite - Si un salarié décède chez Google, l’entreprise permet au conjoint de toucher la moitié du salaire du défunt pendant 10 ans.

Les voyages forment la jeunesse - Les employés Airbnb bénéficient d’une prime annuelle de 2 000 dollars pour voyager et séjourner dans une sélection de logements partout dans le monde. Le congé sabbatique est souvent valorisé, à l’instar de chez Apple.

Souffler n’est pas jouer - Toboggan notamment chez Google, piscines à boule, coin fléchettes et jeux vidéos chez Facebook, ou encore tables de billard et salles de jeux chez AOL.

30 millions d’amis - Google, Amazon, Etsy, Zynga ont un point commun : il n’est pas rare d’y croiser des compagnons à quatre pattes, les salariés pouvant venir au bureau avec leur animal de compagnie.

photo du siège social de zynga

Toit, toit, mon toit - Plus de toit commun pour les employés de la start-up Automattic (Wordpress) qui a récemment fermé ses bureaux à San Francisco. Communication, entretiens d’embauche, réunion : tout se passe en ligne.

Ce tour d’horizon vous a fait sourire, mais aussi sûrement réfléchir.

Entre reflet des exigences des collaborateurs et incarnation de l’hybris des entrepreneurs, certaines initiatives n’entraînent-elles pas une surenchère de liberté contre-productive?

Par ailleurs, ne risquent-elles pas de fidéliser les Millennials au détriment des anciennes générations qui détiennent l’expérience la plus solide ?