CrossFit : en finir avec les idées reçues

Avez-vous déjà tapé “CrossFit” sur Google Images ? Ça fait tellement peur qu’on se cantonnerait presque à la Gym Suédoise ou à la danse classique ! Muscles hyper saillants, regard glacial, haltères surdimensionnées... on se demande vraiment pourquoi ce sport en apparence pénible et douloureux fait tant d’adeptes. Mais comme on est curieux, on s’est rendus en box de CrossFit et on s’est prêtés au jeu. C'était loin d’être une partie de plaisir, mais bien plus engageant que les silhouettes gonflées aux hormones et les poids de plusieurs tonnes qui peuplent les moteurs de recherche. On brise les mythes sur le CrossFit.


Je suis pas stock, je ne peux pas faire de CrossFit. FAUX.

Il ne faut pas être en super forme physique ou taillé comme Musclor pour commencer le CrossFit. À l’origine méthode de préparation à d’autres disciplines, aujourd’hui un sport à part entière, le CrossFit améliore la condition physique générale grâce à un entraînement complet régulier (appelé WOD : “Workout Of the Day”), mêlant plusieurs disciplines : course, rameur, sauts, corde, poids… Oui, c’est fait pour tout type de morphologie, ce que nous confirme Joachim, gérant de notre partenaire Crossfit Original Addicts. L’objectif est de développer progressivement des compétences telle que la force, la vitesse, l’agilité et l’endurance.


“La particularité du CrossFit est que les mouvements sont fonctionnels, pour être utiles au quotidien : porter des courses ou une valise, courir après un bus, monter les escaliers...”


Le CrossFit, c’est un sport pour les nombrilistes. FAUX.

C’est vrai que c’est l’image qu’on peut en avoir, étant donné la musculature impressionnante de certains crossfitters. Pourtant, quand vous ferez votre entrée dans une box de CrossFit, vous serez étonné de constater l’esprit communautaire qui y règne. Plutôt qu’un modèle “chacun pour soi”, à qui aura le biceps le plus gonflé devant la glace, chacun est concentré sur son propre effort (et non sur son reflet), dans une salle sans miroirs. Sans parler des encouragements systématiques des autres crossfitters pendant les séances, toujours en petit comité et dans un esprit de camaraderie.


C’est tellement dur que je vais vomir mon déj’. FAUX.

C’est du moins ce que laisse penser la mascotte du crossfit “Rhabdo”, ce clown que l’on voit vomir pour symboliser l’effort surhumain qui met en danger certains crossfitters. Ce qu’il faut retenir, avant de courir vous inscrire à l’aquagym, c’est que ce n’est pas la normalité, mais la conséquence d’un surentraînement. Oui les WOD sont exigeants et comme dans n’importe quel sport qui suppose un effort intense, on s’expose à un risque d’épuisement quand on force. La clé pour ne pas repeindre vos chaussures pendant la fin de votre WOD ? Être attentif à vos limites et ne pas en faire trop.


“Aux débuts du CrossFit, on voulait montrer qu’on était pas là pour rigoler et qu’on donnait tout jusqu’à vomir. Aujourd’hui, on a tendance à calmer ceux qui veulent y aller trop fort !”


Je vais avoir un corps de bodybuilder, ça m’angoisse déjà. FAUX.

C’est souvent l’inquiétude de la gente féminine. Gommer les poignées d’amour et tonifier son fessier, ok. Mais avoir des bras plus gros que votre copain, jamais. Bonne nouvelle, le CrossFit ne vous empêchera pas d’être féminine dans votre combishort, mais sera un bon plan pour être en forme. Ça vaut aussi pour vous Messieurs : être crossfitter n’implique pas de se faire une garde robe XXL pour rentrer dans vos chemises. Si vous souhaitez justement développer votre masse musculaire, le CrossFit est un bon moyen de le faire. Et tant mieux si vous êtes plus dessiné. Tout dépend de la fréquence et de l’intensité des WOD.


Je vais me déplacer une vertèbre dès ma première séance de CrossFit. FAUX.

Vous dire que le CrossFit ne présente aucun risque serait vous mentir. Vous dire que vous allez forcément vous blesser le serait aussi. Tout comme on peut se cogner dans une piscine ou se prendre un volant de badminton dans l’oeil, on peut se faire mal au CrossFit. Évidemment, repousser constamment ses limites expose à un risque de blessure plus élevé. Soyez humble : ne soulevez pas trop lourd trop vite, surtout quand votre voisin soulève 1 tonne et que vous avez déjà du mal avec 3 kilos. Mais ne baissez pas les bras trop vite, vous serez bientôt récompensé pour vos efforts.

Et s’il vous reste en tête quelques stéréotypes récalcitrants, on vous suggère de choisir le CrossFit pour votre prochaine séance de sport. Vous pouvez soulever des montagnes...