Si le burn-out (en français “syndrome d’épuisement lié au travail”) n'est, à ce jour, pas reconnu en tant que maladie professionnelle par la Sécurité Sociale, il entre d’office par ses symptômes, décelés par un médecin, sous le cadre d’une protection médicale. Le burn-out est donc couvert, non par sa dénomination officielle mais bien par les différents stigmates que l’on lui confère. 

De plus en plus fréquente, cette maladie mentale est de mieux en mieux appréhendée après de nombreuses années à chasser les clichés colportés autour d’elle, notamment grâce à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui sensibilise depuis plusieurs années sur ces maladies professionnelles.

Le burn-out, qu’est-ce que c’est ?

Il n’est pas toujours évident de comprendre ces véritables maux et de les définir avec précision. Pourtant, l’épuisement professionnel toucherait près de 30 000 personnes par an dans l’hexagone selon Santé Publique France.

Définition du burn-out et état des lieux de son impact

Le burn-out a pour cause de vider totalement psychologiquement un travailleur, à tous postes ou responsabilités qu’ils soient. Selon l’OMS, cet état de santé est lié à un stress chronique dû au travail. Son impact est dévastateur et participe à la dévalorisation complète d’un travailleur pour son propre travail, dénuant toute once de réussite ou de motivation. 

Non pas forcément à travailler de manière qualitative, mais bien d’y éprouver une gratitude, une appréciation ou le moindre sentiment de fierté. Le comportement de la personne souffrant de burn-out ne peut alors être autre que négatif et dur envers elle-même. 

Le travail devient alors un fardeau et ces maux forment un cercle vicieux dont il est extrêmement compliqué de sortir.

Quelles sont les causes du burn-out ?

Suite à différentes études de professionnels du secteur médical en entreprise, nous sommes aujourd’hui capables de cibler les principales causes pouvant amener un collaborateur vers un burn-out : 

  • La surcharge de travail 
  • Une pression importante 
  • Le manque de reconnaissance 
  • Ne pas se sentir aussi soutenu par un ou une collègue 
  • Le manque de clarté dans ses tâches 
  • L’insécurité de l’emploi

D’autres causes comme l’incapacité de réussir certains objectifs fixés à cause d’un manque cruel de moyens sont de plus en plus citées lors de cas recensés d’épuisement professionnel.

Reconnaître les symptômes du burn-out

Il n’y a pas de temps précis entre l’arrivée du burn-out et l’apparition des premiers symptômes. Des collaborateurs peuvent subir certains maux durant de nombreux mois voire années parfois, avant de subir les premiers symptômes. 

Parmi eux, on trouve des maux qui peuvent être aussi bien psychiques que physiques : 

  • Une démotivation totale 
  • Pleurs, colères et irritabilité synonymes de dépression 
  • Difficultés à se concentrer 
  • Angoisse 
  • Fatigue persistante 
  • Perturbation du sommeil 
  • Perte ou gain de poids 
  • Problèmes cutanées 

Bien sûr, les symptômes peuvent être tous aussi différents d’une personne à l’autre et les réactions du corps ne sont, en fonction des malades, jamais les mêmes.

Les conséquences du burn-out

Avec des symptômes tout juste cités et des impacts clairement établis, les conséquences peuvent être désastreuses pour le collaborateur et son entreprise. 

Un indépendant peut, dans le pire des cas, voir petit à petit son état s’aggraver et son activité suivre la même descente aux enfers. Pour un collaborateur employé dans une entreprise, cette dernière ne profite plus de la valeur ajoutée, plus-value habituellement apportée grâce aux compétences du travailleur. 

Il est donc indispensable de trouver une solution afin de contrer cette maladie psychologique dès lors que les premiers symptômes se présentent.

Que faire pour prévenir le burn-out et comment s’en sortir ?

Heureusement, lorsqu’une maladie professionnelle, même psychologique, est décelée avec ses troubles et ses causes, il est possible de faire en sorte de l’éviter et d’en guérir. Le monde professionnel doit s’adapter pour éviter que l’épuisement professionnel ne devienne un fait courant dans la sphère du travail.

Le rôle du collaborateur face au burn-out

Dès qu’il se sent en souffrance, le collaborateur doit essayer au maximum de ne pas s’enfermer dans une sphère négative ou dans un cercle vicieux. Il est impératif de ne pas se fermer à ses maux et d’en parler ne serait-ce qu’à un(e) collègue, un(e) manager, un(e) RH ou même à un médecin. 

Aucune honte ne doit être liée à la sortie de ces mots sur un état dépressif ou d’épuisement professionnel. Les langues se délient et il est aujourd’hui humain de comprendre la douleur d’un(e) collègue ou d’un(e) employé(e) dans cette situation.

Le rôle de l’entreprise

Lorsque le chef d’entreprise ne subit pas lui-même ce fléau de l’épuisement professionnel, il peut, tout comme les autres responsables du personnel, mettre en place plusieurs actions pour éviter l’apparition des symptômes pouvant provoquer l’arrivée d’un burn-out. 

En faisant appel à des prestataires externes spécialisés dans le bien-être au travail, une entreprise peut sauver plusieurs de ses collaborateurs d’une mauvaise passe qui fragiliserait tout le monde. 

Il est prouvé depuis de nombreuses années que la pratique sportive facilite l’annihilation de stress et des états émotionnels dépressifs pouvant agir au travail. Un prestataire spécialisé dans les activités de sport et de bien-être en entreprise comme Gymlib peut être un allié de choix pour offrir un cadre de travail agréable et un sentiment d’appartenance fort. La confiance en soi sera décuplée, ainsi que la santé physique et mentale des salariés. Un meilleur état physique et mental est une aide non négligeable face au risque d'épuisement professionnel. 

Bien sûr, le responsable doit aussi de son côté, s’assurer qu’aucune des causes mentionnées ne soit subie par un ou plusieurs collaborateurs. Le dialogue, sans le moindre axe de stigmatisation sera comme toujours, bénéfique.

Comment accompagner le retour du collaborateur après un burn-out  ?

Dans la majorité des cas, le burn-out nécessite un arrêt maladie. Une fois celui-ci passé, le collaborateur doit à tout prix retrouver un cadre agréable qui saura lui donner un sentiment de confort et de confiance. Une fois de plus, la collaboration avec une entreprise lors de séminaires ou de teams building offrira des avantages considérables au collaborateur, ainsi qu’à ses collègues. 

Pensez-y ! L’épuisement professionnel est un véritable mal profond hantant le monde du travail depuis plusieurs années et il est crucial de mettre un accompagnement à toute échelle, pour qu’aucun collaborateur n’ait à subir cette maladie, très souvent évitable en amont.