Richard Branson, le fondateur du Groupe Virgin, le disait déjà au siècle dernier : « Si vous voulez que vos salariés prennent soin de votre entreprise, prenez soin de vos salariés.” Dans le monde du travail d'aujourd'hui, le bien-être des salariés est devenu une priorité stratégique, bien au-delà des petits plus matériels. Il n’est plus question d’installer une table de ping-pong ou une corbeille à fruits pour prendre soin de ses collaborateurs. Le bien-être va bien au-delà de simples avantages matériels. Les salariés sont de plus en plus exigeants et recherchent un équilibre de vie, du sens et des valeurs communes avec l’entreprise pour laquelle ils travaillent. 

D’après une étude récente du cabinet Robert Half, pour 62 % des salariés leur équilibre pro/perso, leur sentiment d’utilité, leur désir de reconnaissance et leur bien-être global ne sont plus des critères négociables. Les collaborateurs d’aujourd’hui pensent d'abord à eux et souhaitent que l’entreprise prenne « soin d’eux ». 

Comment répondre aux nouvelles attentes de salariés de plus en plus exigeants sur la qualité de vie au travail ? Et d’ailleurs, quelles sont-elles vraiment ? 

Qu'allez-vous trouver dans cet ebook ?

Avec l’évolution des attentes des salariés, ces derniers deviennent de plus en plus exigeants sur le rôle de l’entreprise dans l’amélioration de leur bien-être. Gymlib, en collaboration avec Gaël Chatelain-Berry, expert du bien-être au travail et auteur du podcast Happy Work, vous propose des explications concrètes pour décrypter les nouvelles attentes des salariés en matière de bien-être au travail dans un livre blanc exclusif. Vous y trouverez :

  • Les 5 grandes tendances du bien-être au travail en 2024
  • 60 pages de réflexions autour du bien-être au travail
  • Des témoignages d’experts pour partager leurs insights en matière de bien-être au travail

Vous souhaitez comprendre les grandes tendances du bien-être au travail de 2024 ? Téléchargez gratuitement notre livre blanc. 

Focus sur les 5 grandes tendances du bien-être au travail en 2024

1 - Briser les tabous sur la santé mentale au travail

Bien souvent, les employeurs ne remarquent pas les conséquences des risques psychosociaux (RPS) sur la santé des salariés : burn-out, arrêts maladies, turn-over… Pour améliorer le bien-être des collaborateurs, il est primordial de traiter les problèmes à leur racine et d’anticiper au maximum toute situation susceptible de générer des RPS. En 2022, 42% des salariés ont été en arrêt maladie au moins 1 fois contre 31% en 2021. Longtemps première cause des arrêts de longue durée, les TMS laissent aujourd'hui place aux arrêts pour risques psychosociaux. En 2024, la santé mentale n'est plus un luxe mais une nécessité vitale pour le bien-être au travail. “Le mal de dos était nommé le mal du siècle au siècle dernier… Il semblerait bien que les risques psychosociaux (RPS) soient celui du 21ième !” explique Gaël Chatelain-Berry. 

La santé mentale des salariés n'est pas seulement une question de bien-être individuel mais elle impacte aussi la performance globale d'une organisation. Il est donc impératif de former tous les membres de l’équipe RH, de la direction et les managers à reconnaître et à gérer les signaux faibles des RPS. Des politiques claires contre le harcèlement et la discrimination sont essentielles pour favoriser un environnement de travail respectueux et sécurisant. 

L'adoption de pratiques saines, comme encourager l'activité physique et le développement d'une culture de prévention, sont des stratégies clés. L'engagement doit être collectif, impliquant tous les niveaux de l'organisation. En s'attaquant à ces enjeux, on ne se contente pas de réduire le mal-être au travail, mais on participe à la création d'un environnement plus épanouissant et productif pour tous. La santé mentale au travail est donc une priorité incontournable pour un avenir professionnel plus serein et dynamique.

“La formation des managers et des équipes sur la reconnaissance des signaux faibles des RPS est cruciale. Mais, déjà, commencer par dire « bonjour, ça va », chaque matin… et attendre la réponse de votre collègue, cela permet une première évaluation de son état psychologique.  Le premier rempart contre les RPS, c’est le management… mais combien d’entreprises en ont pleinement conscience ?”, expliqueGaël Chatelain-Berry

2 - Vers un retour au bureau plus attractif

Le télétravail, adopté en masse durant la pandémie, connaît un recul, confrontant employés désireux de maintenir un niveau élevé de flexibilité et employeurs réticents. Les salariés plébiscitent le télétravail pour ses avantages comme le gain de temps, les économies réalisées et la flexibilité horaire, ce qui contribue grandement à leur bien-être. Cependant, les entreprises imposent un retour progressif au bureau, souvent en raison de préoccupations liées à la productivité. Même les géants de la Silicon Valley, comme Google, incitent leurs collaborateurs à retrouver le goût du présentiel. Comment donner envie aux salariés de revenir en open space ? Et comment les entreprises peuvent-elles tirer parti des avantages du télétravail et du présentiel ? 

“On est encore au début de l’apprentissage de la flexibilité. Il faut un peu de temps pour que les choses s’équilibrent et que les entreprises comprennent qu’elles vont devoir s’adapter aux besoins et rythmes de chacun”, explique Marie Barbier, Talent Manager chez Morning. 

Le modèle hybride émerge comme la nouvelle norme, alliant télétravail et présence en entreprise pour répondre aux besoins de concentration et de collaboration. Les bureaux évoluent ainsi vers des lieux de sociabilité et d'innovation, intégrant des espaces privés et communautaires, ainsi que des services pour améliorer l'expérience des collaborateurs parfois inspirés de l'hôtellerie de luxe. Les employeurs reconnaissent également l'importance des activités physiques et du bien-être pour maintenir un niveau de cohésion entre les collaborateurs. 

Cette dynamique montre l'évolution du monde du travail où la flexibilité et le bien-être des employés deviennent des enjeux cruciaux. Les organisations doivent ainsi repenser leurs espaces et leurs politiques pour favoriser à la fois productivité et épanouissement des employés.

\

3 - Vers un nouvel équilibre de vie pro / perso 

Brouillant la frontière vie pro - vie perso, l'hybridation du travail et la flexibilité ont permis aux salariés de repenser le rapport au temps travaillé et de prioriser certains aspects de leur vie personnelle. Certains attendent même que leur travail s’adapte à leur vie personnelle, et non l’inverse. De nouveaux modèles émergent, comme la semaine de 4 jours, les horaires décalés ou encore les congés illimités. Qu'attendent vraiment les salariés ? Quels impacts sur leur bien-être ? 

D'après Robert Half, l'équilibre vie pro - vie perso est une priorité, juste après le salaire. La crise sanitaire a accentué cette exigence, avec 62% des salariés devenus plus exigeants à ce sujet. L'intérêt croissant pour un temps libre accru, avec 61% des salariés prêts à gagner moins pour plus de temps libre, marque un changement culturel significatif. 

Pour Gaël Chatelain-Berry, expert du bien-être au travail : “nous sommes clairement passés d’un monde dans lequel nos vies perso s’adaptaient à nos vies pro à un monde dans lequel c’est exactement l’inverse !”

Les entreprises qui favorisent cet équilibre contribuent à la santé mentale, la motivation, et la rétention des collaborateurs, offrant un atout majeur à la performance globale. L'équilibre entre vie professionnelle et vie privée est donc essentiel, non seulement pour le bien-être des employés mais aussi pour la santé organisationnelle et la productivité des entreprises.

En reconnaissant cette tendance et en adaptant leurs politiques, les entreprises peuvent assurer un environnement propice à l'épanouissement individuel et collectif. La clé est dans la création d'un milieu de travail flexible, favorisant une meilleure gestion du stress et permettant aux employés de se ressourcer pleinement. Cela représente un pas vers une culture du travail plus durable et plus attentive aux besoins humains fondamentaux.

\

4 - Vers un management plus humain 

Le rôle des managers est crucial pour le bien-être des salariés dans le contexte professionnel actuel. Alors que le modèle hiérarchique traditionnel rigide devient obsolète, une approche managériale plus horizontale et collaborative gagne du terrain, en réponse aux attentes changeantes, surtout chez les jeunes travailleurs. Les compétences essentielles pour les managers incluent désormais l'encouragement, l'écoute active et une attention particulière au moral de l'équipe.

Malgré ces évolutions, de nombreux managers se sentent isolés et manquent de soutien, mettant en évidence un besoin urgent de formation, notamment en ce qui concerne la gestion des risques psychosociaux. En effet, 30 % des managers réclament plus de formations aux RPS (d’après le Baromètre du bien-être mentale en entreprise réalisé par Alan et Harris Interactive en 2023). C’est leur 1ère revendication, à égalité avec une revalorisation salariale. 

Face à ces défis, une approche globale du bien-être au travail s'impose. Elle implique de fournir aux managers les outils et compétences nécessaires et de promouvoir une culture organisationnelle centrée sur le feedback, la reconnaissance et les valeurs humaines.

En mettant l'accent sur le bien-être des employés, les managers jouent un rôle clé non seulement dans l'amélioration de la santé mentale et de la motivation des équipes mais aussi dans la performance globale de l'organisation. Les entreprises doivent donc repenser leur modèle managérial pour l'adapter aux nouvelles réalités du monde du travail. Cela inclut de reconnaître l'importance de l'équilibre travail-vie personnelle, de valoriser la communication transparente et de soutenir activement les managers dans leur rôle évolutif.

En conclusion, la transformation du rôle des managers vers une approche plus humaine et inclusive est essentielle pour le bien-être des employés et la réussite des organisations dans un monde du travail en constante évolution.

5 - La RSE au service du bien-être au travail 

Jugée comme prioritaire pour 8 salariés sur 10 (selon le baromètre RSE de Wavestone 2023), la RSE (responsabilité sociétale de l’entreprise) profite à la société et donne du sens à l’investissement des collaborateurs. Bien plus qu’un simple axe de communication, c’est aujourd’hui un axe stratégique incontournable pour les entreprises car l'alignement des valeurs contribue à la satisfaction au travail des salariés. Pourquoi est-il nécessaire de travailler à sa RSE ? Où en sont les entreprises sur les sujets jugés prioritaires ? Quel est l’impact des apports des politiques RSE sur le bien-être des salariés ? 

La RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) joue un rôle essentiel dans le bien-être des salariés en favorisant un environnement de travail épanouissant. En mettant en œuvre des pratiques responsables, les entreprises renforcent le sentiment d'appartenance des employés, contribuant à leur fidélisation et à une meilleure marque employeur. L'égalité hommes-femmes, notamment dans les postes de direction et l'équité salariale, est un aspect clé de la RSE, influant positivement sur l'équilibre et le bien-être au travail. Par ailleurs, la sensibilisation aux problèmes environnementaux, comme l'éco-anxiété, devient de plus en plus importante. Les entreprises adoptant des mesures concrètes en faveur de l'environnement améliorent le moral et l'engagement des salariés. Enfin, l'inclusion des personnes handicapées et la promotion de la diversité sont des éléments cruciaux pour créer un environnement de travail inclusif et respectueux.

Vous avez envie d’en savoir plus sur les grandes tendances du bien-être au travail de 2024 ? Téléchargez gratuitement notre livre blanc.