Démarche QVT : comment dresser un diagnostic interne ?

81% des personnes considèrent le travail comme une source d’épanouissement et 75% vont travailler avec plaisir¹. Est-ce le cas au sein de votre organisation ? Pour piloter une démarche QVT qui adresse les besoins salariés et répond à de réels enjeux RH, l’étape préalable est la réalisation d’un diagnostic interne complet.

Pour cela, deux axes de travail : mener une analyse en profondeur de l’organisation et lancer une écoute salariale pour comprendre les “irritants”. Objectif ? Dresser une cartographie de l’entreprise et cibler les actions QVT adéquates.


Diagnostic QVT interne : le guide en 3 volets

Pour capter les signaux faibles inhérents à toute entreprise, un questionnaire isolé n’est généralement pas suffisant. Une introspection ventilée en 3 volets offre une lecture plus approfondie de l’organisation :


  • Volet #1 : Audit socio-culturel pour comprendre son organisation

Objectif : réaliser la carte d’identité de l’entreprise pour comprendre qui sont vos salariés et comment ils interagissent.

Recommandation : interrogez-vous sur 6 axes.


Mind mapping


  • Volet #2 : Analyse de l’historique pour faire le point

Objectif : faire le bilan social et QVT grâce au recueil de l’existant :

- Quels sont les derniers indicateurs RH marquants (taux d’absentéisme, turn-over, taux d’engagement, niveau de santé, ENPS…) ?

- Quels sont les résultats quantitatifs et les verbatim marquants des anciennes enquêtes sociales ?

- Quels sujets contextuels ou sensibles sont à prendre en compte : réorganisation en cours, PSE, tensions sociales, accords d’entreprise ?

- Y a-t-il déjà eu des actions QVT ? Effets ? Retours ?

Recommandation : appuyez-vous sur les acteurs de la santé, du bien-être et des conditions de travail tels que le CHSCT, les IRP/DP, le(s) médecin(s) du travail, les managers, CHO/Office Manager.


  • Volet #3 : Écoute salariale pour prendre le poul

Objectif : libérer la parole des salariés afin qu’ils expriment leur ressenti sur l’expérience collaborateur.

Recommandation : appuyez-vous pour l’enquête sur des experts externes ou internes, en ligne, en groupe, avec un rythme en continu ou annuellement.


Quels outils pour mener une écoute salariale pertinente ?

4 outils se présentent à vous, selon là où vous placez le curseur. A retenir : l’un n’exclut pas l’autre ! Mixer les démarches d’écoute permet de dresser un tableau exhaustif de la situation.

  • Niveau 1 : profiter de l’enquête sociale annuelle à laquelle ajouter des questions plus axées sur la qualité de vie au travail. Avantage : un questionnaire unique mais un taux de réponse qui peut-être faible.
  • Niveau 2 : créer un questionnaire trimestriel, court et ciblé dédié aux sujets QVT (engagement, cohésion d’équipe, santé, organisation…). Avantage : plus court avec, ainsi, un taux de réponse potentiellement plus élevé.
  • Niveau 3 : réaliser une analyse sémantique de commentaires recueillis au sein d’enquêtes précédentes. Grâce à l’intelligence artificielle, il est aujourd’hui possible d’agglomérer des données textuelles afin d’obtenir une classification fine des thèmes abordés et de la tonalité. Avantage : s’intéresser au “qualitatif” est une clé de lecture plus subtile de la vie en entreprise.
  • Niveau 4 : mener des “focus groups” QVT auprès d’échantillons représentatifs de salariés (collaborateurs, managers, différents services…). Avantage : en direct, l'émotionnel est plus palpable et l’effet de groupe facilite le partage du vécu. Cette démarche est riche mais chronophage.

Et après ? L’enjeu majeur “post diagnostic” est la consolidation de toutes ces informations : l’audit socio-culturel, l’analyse de l’historique et les résultats de l’écoute salariale. A traduire ensuite rapidement en plan d’actions QVT. Sans réponse concrète, pertinente et surtout visible, il existe un vrai risque de rupture de confiance entre salariés et employeurs. Action, réaction.

Vous voulez devenir un expert de la QVT ? Retrouvez ici l'ensemble de nos ressources sur le sujet !


Les 4 outils

Sources :

¹Source : Deloitte et Viadeo, déc. 2017 / « Sens au travail ou sens interdit ? »