Les valeurs véhiculées par le sport ne sont plus à présenter : dépassement de soi, solidarité, esprit d’équipe, respect de l’autre… Autant de vertus qui en font un acteur incontournable dans nos sociétés modernes.

Longtemps considéré comme un simple loisir, la pratique d’activités physiques et sportives (APS) se développe au-delà du simple jeu. Elle s’impose aujourd’hui comme un enjeu majeur, notamment pour les entreprises, de plus en plus soucieuses du bien-être et de la qualité de vie de ses salariés.

Souvent étudiée à travers le prisme économique, la pratique d’une activité sportive en milieu professionnel présente un impact social qui mérite d’être développé. C’est sous cet angle que nous avons souhaité réfléchir aujourd’hui.

Sport & Innovation sociale : la création d’un vivre-ensemble

Les bienfaits de la pratique d’une activité sportive observés dans la société civile se font également vite ressentir en milieu professionnel : plus de cohésion sociale et de motivation au sein de l’équipe, meilleure perception de soi, … Le sport en entreprise favorise en effet l’intégration et la socialisation, encourage les échanges intergénérationnels et interservices. De même, il inculque des valeurs positives et contribue à la création d’une culture commune. Le sport améliore le vivre-ensemble en entreprise. Ainsi, ne peut-on pas affirmer que le sport représente l’un des moteurs essentiels du progrès social au sein d’une entreprise ?

sport moteur de progres gymlib ressources humaines rh marque employeur illu sport et innovation sociale partie 1

Sport & Intelligence collective : la création d’un faire-ensemble

Intéressons-nous à présent au concept d’intelligence collective en entreprise. Ce concept induit que plus les membres d’une équipe partageront des expériences communes, plus la performance collective sera présente et plus les objectifs seront atteints. Elle incarne un des piliers de la tendance actuelle autour de l’entreprise libérée.

Et si le sport était le meilleur catalyseur de l’intelligence collective en entreprise ?

En effet, au-delà du vivre-ensemble, le sport en entreprise contribue au faire-ensemble. La pratique d’une activité entre salariés devient le terrain idéal pour s’affranchir des statuts et des barrières hiérarchiques. Elle permet un rapprochement social qui facilite la communication et donc la prise de décision.

Sport & ROI : un investissement social

Offrir aux salariés de son entreprise un accès simplifié au sport doit être considéré comme un investissement à long terme plutôt que comme un coût. Un investissement social qui génère du bien-être et de l’intelligence collective. Un concept parfois difficile à cerner mais qui désigne tout simplement la capacité d’une équipe à tirer dans le même sens pour atteindre un objectif commun. C’est précisément sur ce point-là que les valeurs transmises à travers la pratique d’un sport quel qu’il soit deviennent les plus pertinentes lorsqu’on les applique au monde professionnel et en particulier au domaine du management.

Finalement, une entreprise c’est comme une équipe de football. Un leader, le capitaine, fédère un collectif composé d’individus d’horizons différents pour amener le ballon dans les buts adverses en évitant ses adversaires. Dans une entreprise, le leader est le manager, qui fédère ses collaborateurs pour atteindre un objectif précis en se jouant de la concurrence. Le procédé est le même, l’important réside dans la manière de collaborer et dans l’intelligence collective déployée pour arriver à ses fins.

sport moteur de progres gymlib ressources humaines rh marque employeur illu sport et roi partie 2

Progrès & Risques : un principe de précaution dans l’usage du sport en entreprise ?

A l’instar de nombreux domaines, le progrès peut engendrer certaines dérives. Peut-on parler de progrès social lorsqu’une entreprise verse une prime aux employés qui font du sport et dorment bien la nuit ? Casper, la startup américaine qui paye davantage les salariés qui maintiennent une bonne hygiène de vie n’empiète-t-elle pas un peu trop sur leur vie personnelle ? Outre le débat sur la frontière entre sphère privée et sphère publique, se pose la question du rôle de cette décision dans la construction d’une intelligence collective propre à l’entreprise concernée.

Pour rester vecteur d’innovation sociale et d’intelligence collective, le sport en entreprise doit revêtir plusieurs particularités et prendre certaines précautions :

  • être une offre proposée et non imposée
  • rester dans une optique de service et de bien-être pour le salarié
  • ne pas être lié à une politique impliquant des récompenses financières

La liberté sportive du salarié s’arrête là où le contrôle de l’entreprise commence !