[Table ronde Gymlib x Sodexo] Sport & QVT : Poudre de perlimpinpin ou révolution ?

Ce mardi 25 septembre a été organisée la première table ronde par Gymlib et Sodexo sur le thème du rôle du sport dans les démarches de qualité de vie au travail. Le sport a-t-il finalement sa place dans les stratégies RH ? Le sujet grandit, les mentalités changent et l’entreprise place le salarié au coeur de ses réflexions.

Une entreprise performante et attractive est une entreprise soucieuse du bien-être de ses collaborateurs. Pour illustrer cette thèse, 4 personnes ont répondu aux questions de Jérémy Lopes, journaliste de l'ADN :

- Caroline Tikhomiroff, Directrice Marketing de Sodexo France (Avantages et Récompenses)

- Mélanie Montocchio, Responsable Mieux Vivre au travail à la SNCF Transilien

- Roland Krzentowski, médecin du sport, fondateur de la Clinique du Sport et président de Mon Stade

- Sébastien Bequart, CEO et co-fondateur de Gymlib


On presse la détente ?

Aujourd’hui, la préoccupation est montante dans le monde du travail. Effet de mode ou réelle considération ? Les postes et concepts liés au bien-être, au sport et à la santé en entreprise se multiplient pour continuer de séduire une majorité de salariés.

Pour Mélanie Montocchio, la QVT c’est d’abord la qualité du travail. Il n’existe pas de bien-être sans bien faire. Plusieurs facteurs entrent en compte dans cette nouvelle problématique de la santé au travail : le sommeil, l’alimentation, mais aussi le sport.

Depuis quelques années, le sport est considéré comme un levier efficace de la QVT. Une solution développée au sein de Sodexo et SNCF Transilien où le programme Gymlib a été mis en place. Selon Mélanie Montocchio, “les salariés sont contents d’avoir été entendus, d’avoir été considérés.

La santé n’est pas une tendance, elle doit contribuer à une prise de conscience plus globale. “Le sport santé est né dans les années 50, confiait Roland Krzentowski. Faire le diagnostic de la maladie “sédentarité” n’était pas aisé.” Certains ont tout de même tenté l’expérience ! Jeremy Morris a réalisé une étude auprès des chauffeurs de bus londoniens publiée dans le Lancet en 1953. Conclusion : un chauffeur a plus de chance de mourir d’une crise cardiaque qu’un contrôleur moins sédentaire.


Conférence Sodexo et Gymlib


Aux portes de l’Eldorado

“Bouger 30 minutes par jour, c’est facile”, le concept est assimilé. Cependant, en entreprise les impacts et enjeux sont plus profonds. Selon Sébastien Bequart, “le sport présente deux avantages sur le fond : avoir des salariés en meilleure santé physique et mentale et créer une cohésion d’équipe.” Aussi bien dans la vie quotidienne que dans le monde de l’entreprise, le sport facilite les relations, développe le mental et l’entraide.

“Comment compenser un déménagement et l’allongement du temps de transport ?”

C’est la question que s’est posée Mélanie Montocchio à l’heure de fédérer les six différents sites de la SNCF. En instaurant la solution Gymlib, les employés y ont trouvé une compensation, un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et personnelle.

Sur la forme, le sport améliore l’image de l’entreprise : société dynamique, réduction de l’absentéisme, du turnover, impactant à son tour la stratégie de rétention des talents. Un cercle vertueux rayonnant à l’extérieur et captant peu à peu l’attention des jeunes travailleurs sur le marché du travail… “Je valide, affirmait Caroline Tikhomiroff, cela améliore la marque employeur. Cet effet est d’autant plus accentué avec les jeunes générations. Cela permet d’attirer, motiver et retenir.


Un boom générationnel

Si les Millennials représenteront 50% de la population active d’ici deux ans, ils font surtout preuve de recul et d’exigence dans leur rapport à l’entreprise”, assurait Caroline Tikhomiroff. Désormais, le sport est un avantage qualitatif dans leur prise de décision.

Même si la pratique sportive prend de plus en plus d’ampleur, deux principaux freins existent toujours : le frein financier et le manque de motivation. Tous s’accordent pour dire que rien ne sert de forcer la main. Si la pratique d’un sport est bénéfique, il ne doit en aucun cas devenir une obligation et un devoir pour le salarié. "Il faut déstigmatiser notre façon de pratiquer une activité sportive : tout le monde n’est pas forcément de haut niveau, comme il n’est pas obligatoire d’être un champion pour faire un sport qui nous convient. Il faut encourager les salariés en ce sens !", précisait Caroline Tikhomiroff.


Bouge de là

La sédentarité revient sur le devant de la scène. Avec le développement des technologies, les emplois et mode de vie dit sédentaires se sont démultipliés. “Quand on a inventé la sédentarité, il y a 10 000 ans, on a inventé aussi les épidémies et la famine, racontait Roland Krzentowski._ La deuxième vague de sédentarité est apparue avec les écrans. Les indicateurs de la condition physique sont des indicateurs de santé puissants : composition corporelle, capacité cognitive… Il faut les entretenir toute sa vie_.” Si le salarié décide de ne pas y prêter attention, l’employeur quant à lui à l’obligation de légale de prévenir les risques liés à la santé au travail.

Le contexte est donc propice au changement et à la prise de conscience. “Les 80 dernières années ont été consacrées uniquement au progrès technologique sans faire attention aux effets collatéraux : les comportements humains, confiait Roland Krzentowski. Nous assistons actuellement à un rééquilibrage entre la technologie et l’humain.


"Il faut identifier les intentions : plaisir, santé. Quand on est sédentaire, il y a un moment de sa vie où le sport peut-être la solution !" Roland Krzentowski


Le sport est un levier actif et efficace au sein des démarches de qualité de vie au travail. Les comportements et mentalités évoluent face à l’émergence de nouveaux enjeux. Si les discours collectifs “Manger bouger” ne font plus écho, les salariés sont aujourd’hui en attente de personnalisation et plus spécifiquement de flexibilité aussi bien dans leur travail que dans les services proposés. “Cela fait des milliers d’années qu’on dit que bouger ça fait du bien. C’est un discours très généraliste, assurait Roland Krzentowski. Le sport n’est pas arrivé de manière convaincante dans le monde de l’entreprise. On a confondu la santé collective et la santé individuelle. Il y a 1000 intentions de faire du sport mais pour motiver il faut trouver l’intention qui va parler à la personne.