La genèse de Gymlib vu par son co-fondateur : “En startup, le meilleur est avenir”.

Du livre aspirationnel à la conférence TEDx, chaque startupeur semble avoir un message à faire passer. Des propos qui vont souvent bien au-delà de la simple transmission d’un savoir entrepreneurial et s’apparentent davantage à la transmission d’une vision de la société.
Créer sa startup donne-t-il le droit de changer le monde ?

Un homme pressé

Quand mon ancien collègue Mohamed Tazi m’a contacté pour créer Gymlib, nous n’avions pas la prétention de changer le monde. Nous voulions seulement simplifier l’accès aux salles de sport. Tous deux auditeurs, nous enchaînions les déplacements aux quatre coins de la France. Impossible dans ce contexte d’amortir son abonnement annuel dans une salle et de respecter une certaine régularité. Entourés de personnes qui avaient le même profil, nous étions convaincus du potentiel de notre idée. On oublie parfois un peu vite que nous évoluons dans des microcosmes !

Rendez-vous en terre inconnue

Nous passions des heures au Starbucks, fourmillant d’idées, imaginant le champs des possibles, brainstormant en tête-à-tête. Probablement inconscients du défi qui nous attendait ! Nous découvrions un monde totalement inconnu, celui des salles de sport. Ses habitudes, son langage, ses difficultés. Nous démarchions des gérants de salles, avec un réseau encore vierge et un site internet inexistant. Premier couac : notre arrivée en costume face à un décideur en jogging. Naïfs, nous n’avions pas pensé qu’un gérant puisse être coach une partie de son temps ! Première fierté : notre premier contrat signé, avec l’enseigne Moving. Reconnaissance éternelle à cet acteur de renom qui nous a accordé sa confiance, presque à l’aveugle.

Mohamed Tazi et Sébastien Béquart, fondateurs de Gymlib

Les années folles

S’ensuivent quatre années intrépides, inattendues, impensables. Un subtil alliage de travail, d’audace et de chance. L’impression d’être dans un match de football où la mi-temps aurait été supprimée, où nous aurions été à la fois joueur et arbitre, attaquant et défenseur, où quelques fautes n’auraient pas été sifflées, mais où l’équipe se serait toujours entraidée.

Galvanisé par ce succès, sensible aux commentaires des médias et des clients, porté par des investisseurs, j’ai alors pris conscience que Gymlib pouvait faire partie d’un mouvement collectif pour améliorer la santé des Français et leur qualité de vie au travail.

Cours toujours

Mission certes ambitieuse, mais à laquelle je suis viscéralement attaché. Je suis convaincu que le sport et le bien-être sont des piliers pour épanouir les salariés et embellir l’image des entreprises.

Dès le moment où je me suis lancé dans l’aventure Gymlib, il y a une chose que je n’ai jamais arrêté : le sport. Reprise du football et de la course à pied, retrouvailles avec les salles de sport, … Je sais que cela m’a aidé à traverser les périodes les plus complexes et stressantes de l’entrepreneuriat : les déconvenues ou encore les espoirs de levée de fonds. Pourquoi ? La déconnexion, la relaxation et la sensation de bien-être sont les trois premiers arguments qui me viennent à l’esprit.

L'équipe Gymlib au semi-marathon de Paris

Je te promets

Chaque jour, j’ai envie de convaincre les plus sceptiques.

Nous souhaitons que notre solution devienne un acquis pour tous les salariés et un réflexe pour toutes les entreprises. Le programme sport et bien-être Gymlib sera répandu comme une évidence dans les outils pour les DRH, au même titre que le ticket restaurant ou la mutuelle aujourd’hui.

Atteindre cet objectif ne peut pas se faire seul. Nous parviendrons à accélérer le déploiement de Gymlib grâce au soutien des institutions du domaine de la santé. L’activité physique et sportive est le meilleur outil de prévention santé : les mutuelles, puis la sécurité sociale, joueront un rôle majeur dans l’augmentation du nombre de pratiquants.

Notre action sera reconnue d’utilité publique !

Notre mission n’est pas d’innover pour gagner des titres honorifiques et valoriser notre esprit visionnaire. Notre mission est d’innover pour changer les mentalités. Avec la promesse suivante : rendre les Français en meilleure santé et plus épanouis au travail.

Pari(s) 2024

Aujourd’hui, Gymlib est un pass sport, mensuel, sans engagement, donnant accès à un large réseau d’infrastructures et d’activités sportives partout en France.

A l’heure où la France vibrera au rythme Olympique, Gymlib sera déjà une application connectée à tous les clubs, depuis laquelle on pourra réserver l’activité de son choix. De nombreuses disciplines auront enrichi notre offre, presque aussi variées qu’aux Jeux ! Tous les salariés trouveront leur sport de prédilection.


100 pour sang

Mes derniers mots concerneront mon équipe. Une tribu harmonieuse qui déploie au quotidien une énergie contagieuse. A l’instar d’une famille recomposée dont l’unité se crée par le partage de valeurs communes. Les chiffres parlent parfois d’eux-même...

En 2013, nous aurions pu être une équipe de double au squash : nous étions 2.

En 2014, nous aurions pu être une équipe de futsal : nous étions 5.

En 2016, nous aurions pu remplacer les Bleus pendant l'Euro : nous étions 11.

En 2018, 3 levées de fonds plus tard, nous pouvons remplir une salle de zumba : nous sommes 50.

Au prochain Mondial, nous faisons le pari de franchir haut la main la barre des 100 salariés !

Envie de relever ce pari avec nous ? Rejoignez l’aventure Gymlib !