Course à obstacles : 5 conseils pour ne pas rendre les armes

Envie de challenges à l’approche de l’été ? Vous êtes de plus en plus nombreux à vous lancer dans les courses à obstacles ! A croire que courir 10 km n’est pas suffisant, on préfère ajouter quelques embûches et un peu de boue...

Mais comment s’y retrouver ? Comment se préparer ? Nous avons dressé un panorama des pratiques à adopter en vue d’une course à obstacles avec les conseils avisés de Vincent Di Benedetto, coach SGX* pour la Spartan Race…. A l’attaque !

*Programme d’entrainement officiel de Spartan Race

Spartan Race, course à obstacles

La tête dans les nuages mais les pieds sur terre

Pour bien commencer, on sélectionne son format de course. Cette étape peut paraître évidente mais n’est pas à négliger ! Ne va pas s’engager sur une course de 20 km et 40 obstacles un débutant en course à pied. “Tout dépend de son entraînement, si on a déjà fait des courses, assure Vincent, pour quelqu’un qui veut découvrir, c’est bien de commencer par le format de base. Une course à obstacle peut bien mais aussi mal se passer. C’est un gros effort, il vaut mieux commencer par une petite course.

Le conseil Gymlib : Pour éviter de subir un revers à la Rasta Rocket ou de se retrouver à moitié conscient sur les stories de vos amis, on se renseigne en amont sur les formats de course existants et on juge en fonction de sa condition physique !

Cours Forrest cours !

Malgré le côté ludique qu’une course à obstacle peut présenter, il est toujours préférable de s'entraîner quelques semaines avant pour se sentir encore vivant au kilomètre 4 !

Il faut s'entraîner un minimum au niveau cardio, confirme Vincent, l’obstacle numéro 1 restera toujours la course à pieds. Peu importe notre chrono, ça reste un effort conséquent. Il faut un minimum d'entraînement et courir au moins 1 à 2 fois par semaine. Pour ceux voulant s’inscrire dans des vagues élites, il faudra pousser plus loin l'entraînement, le cardio et le renforcement musculaire ! S’inscrire dans une salle de crossfit peut être une bonne solution, cela reste assez complet.

Le conseil Gymlib : On ne vous demande donc pas d’entrainement militaire ultra poussé sur les mois précédents la course mais uniquement de travailler le cardio sans oublier un peu de musculation. Sachez que sur la Spartan Race, c’est 30 burpees pour chaque obstacle raté… Ca devrait vous motiver à jouer le jeu...

Les courses à obstacles en quelques chiffres

Réveille le Rocky Balboa en toi

Qu’on parle d’un 10km, d’un marathon ou d’une course à obstacle, l’aspect psychologique vous aidera toujours à atteindre vos objectifs. Même si un Mud Day n’est pas comparable au Marathon de Paris, préparez-vous aussi bien physiquement que mentalement. Fixez-vous votre propre objectif et gardez le en tête ! Rappelez-vous qu’en cas de coup de mou, ce type de course est toujours propice à l’entraide aussi bien pour franchir certains obstacles que pour courir sans relâche.

Le conseil Gymlib : On écoute en boucle “The eye of the tiger”, on se fixe un objectif et on ne lâche rien. N’oubliez pas de relativiser… Il y a des êtres humains qui font des ultra-trails de 100 km...

Pas de pression pour le champion !

Une course à obstacle c’est avant tout un moment convivial. Seul ou entre amis ? L’ambiance générale restera toujours festive. Rien ne sert de se mettre la pression ou de paniquer à quelques jours de la course, et surtout, allez à votre rythme !

Alors on se détend et on consacre ses derniers jours avant la course au repos, c’est Vincent lui-même qui le dit : “Il ne faut pas trop s'entraîner, surtout les deux jours avant la course qui doivent être consacrés à la récupération et au repos. Il faut préparer ses affaires, s’assurer qu’on a les bonnes chaussures (de préférence trail ou avec des petits crampons) et checker sa tenue qui est à prendre en double pour se changer à la fin de la course !

Le conseil Gymlib : Rien ne sert de donner tout sur la préparation pour être KO au moment du départ. Alors on s’accorde aussi des jours de récup, les doigts de pieds en éventail !

Les courses à obstacles en quelques chiffres

Le lièvre ou la tortue ? Peu importe !

Surement l’un des éléments les plus importants ! Passer la ligne d’arrivée, c’est la récompense suprême si vous avez bien suivi nos quatre conseils précédents. Peu importe votre chrono, votre vitesse, si vous marchez un peu… Franchissez la ligne d’arrivée coûte que coûte, oui c’est un ordre. L’objectif est de prendre du plaisir, d’atteindre son objectif et de profiter pleinement de cette victoire personnelle.

Le conseil Gymlib : Si ça peut vous aider, lors du Mud Day, ils donnent une pinte de bière une fois la ligne d’arrivée franchie. Une pression peut en cacher une autre...

Les prochaines dates des courses à obstacles