Bien-être des avocats en France : constats et leviers d’action

Concept grandissant dans les entreprises, la qualité de vie au travail (QVT) vise à favoriser le bien-être des collaborateurs ainsi que leur épanouissement professionnel et personnel.

Désormais reconnue comme un véritable levier de croissance en entreprise, l’amélioration de la QVT passe généralement par la création d’outils et la mise en place d'initiatives destinées à accompagner les collaborateurs d’une société dans la réalisation de leur travail au quotidien.

Qu’en est-il du bien-être des avocats en 2019 ? Focus sur les pratiques courantes dans les cabinets et les leviers d’action efficaces pour y améliorer le bien-être.

Le “meilleur” pour le début

Premier constat dans ce milieu particulier, les conditions matérielles de travail que les collaborateurs jugent très bonnes. Ils considèrent généralement leur environnement de travail comme agréable, et adapté à leurs besoins.

Quand la question du sens donné à son travail revient de plus en plus dans les problématiques de qualité de vie au travail, et que l’on fuit les bullshit-jobs, les avocats sont eux, très satisfaits. On pourrait même dire que c’est un métier-passion.

Le stress, ennemi public numéro 1

Cependant, seulement 26,5% des avocats s’estiment satisfaits de leur qualité de vie au travail en 2018 selon une enquête de la LJA. Des difficultés communes sont remontées par une bonne partie de la profession.

Principal problème, la surcharge de travail qui pèse lourdement sur le bien-être : grand nombre de dossiers, délais courts, retards… De nombreux collaborateurs de ce métier se retrouvent parfois dépassés.

Challengés en permanence par une concurrence forte et subissant une amplitude horaire très importante, ces professionnels du droit sont en situation de stress constante. Les chiffres le confirment : dans une enquête récente, plus de 99% des avocats ont indiqué subir du stress du fait de leurs conditions (non matérielles) de travail. Ils sont 37% à penser que cela les expose à des troubles de la santé, et 48,2% à le trouver excessif.

Dur dur d’être parent

Pour 81% des avocats, la parentalité reste encore aujourd’hui un frein à l’évolution de leur carrière, inquiets quant à leur capacité à retrouver du travail après leur congé parental. Pas moins de 73% d’entre eux considèrent qu’il faudrait aider les cabinets d’avocats à gérer l’absence des jeunes parents.

Dans ce métier exigeant, le surmenage, le manque de repos et parfois même le sexisme poussent de jeunes avocats à quitter une profession qu’ils aiment pourtant exercer.

Avocats 1

Contact difficile

Fonctionnant en autonomie, beaucoup se sentent seuls dans leur métier. Pour certains, cette solitude dont il peut être difficile de sortir est vécue comme une frustration. Peu d’occasions pour les avocats de passer du temps avec leurs collègues, eux aussi très pris et autonomes.

Ce manque de relations se ressent aussi dans le management au sein des cabinets. Communication cloisonnée et absence de transparence sont souvent cités.

Dans un milieu ou la réactivité et l’information sont des facteurs clés de réussite, le manque d’accompagnement managérial se fait pourtant sentir. Nombre d’avocats se plaignent d’être trop souvent livrés à eux-mêmes.

Courage fuyons

On note également le manque de reconnaissance ressenti par la profession.

Les conséquences d’un mal-être au travail peuvent être lourdes, pour les employeurs comme les employés. Les risques psychosociaux tels que le burn-out ou la dépression sont élevés et le turn-over particulièrement fort.

Avocats

Boîte à idées

Face à ce constat peu flatteur, plusieurs actions peuvent être envisagées pour améliorer le bien-être des collaborateurs au quotidien. Voici quelques idées :

  • La mise en place de séances de méditation pour lutter contre le stress
  • L’organisation de “lunch and learn” qui visent à parler de la santé au travail et à prévenir des risques en invitant des experts
  • La mise en place de programmes de mentoring pour accompagner les collaborateurs régulièrement et durablement
  • La conception d’une “Stress Free Zone Room” pour encourager les salariés à se détendre lorsqu’ils sont sous pression.
  • L’encouragement par la mise en avant des réussites
  • Un suivi individuel des collaborateurs pour s’assurer de leur équilibre vie privée/vie professionnelle
  • La mise en place de “Walking meeting”. Car oui, la marche a bel et bien des vertus relaxantes et peut mettre fin à des situations de stress intenses. Cela stimule également la créativité.
  • L’encouragement à faire du sport, un exutoire efficace et vital qui renforce le mental

Chez Towers & Hamlins par exemple, la mise en place de congés parentaux flexibles a permis aux employés de ne pas avoir à choisir entre leur carrière et leur vie familiale. La promotion d’un espace de travail inclusif a par ailleurs offert la possibilité aux salariés d’évoluer dans un environnement dans lequel ils se sentent soutenus et accompagnés.

Chez Linklaters, on renforce le bien-être des collaborateurs en favorisant la flexibilité du lieu de travail. Bureaux partagés, espaces de travail en commun… l’agencement de leurs locaux a également été travaillé pour que les salariés se sentent en confort.


Gros avantage du secteur, les avocats sont fortement engagés dans leur profession, peu importe les conditions difficiles. On pourrait même parler d’abnégation... Ils sont cependant soumis à d’importantes contraintes, qu’il serait facilement possible de contrebalancer grâce à des initiatives parfois très simples.